apports-voyages-expatriations

Chaque personne a ses propres raisons pour voyager, s’expatrier, découvrir un nouveau pays d’une manière ou d’une autre. Personnellement, je suis toujours partie quelque part avec un objectif, et je suis toujours revenue légèrement changée, différente, de par ce que chacun de mes voyages a pu m’apporter. Et ce qu’ils m’ont apporté était parfois très loin de ce que je m’étais fixée. Petit tour d’horizon…

Été 2007 : Londres m’a apporté… une plus grande curiosité!

Avant de passer l’été 2007 à Londres, j’étais une fille tout ce qu’il y a de plus normal : étudiante en Licence d’anglais avec petit studio sympa d’étudiante à Toulouse. Puis je suis partie passer l’été à Londres avec une copine pour progresser un peu en anglais. C’était mon seul objectif, purement linguistique. C’est ma pot qui avait choisi Londres, je me suis contentée de suivre, pas forcément intéressée par la capitale anglaise, je voulais juste pratiquer mon anglais avec des natifs. Finalement, j’ai été très agréablement surprise par Londres, j’ai découvert une ville qui ne m’avait jamais attirée et rencontré des gens que je n’aurais jamais rencontré ailleurs… et cette expérience a finalement éveillé ma curiosité, et m’a donné envie de sortir de ma zone de confort.

A relire : Londres, ma première aventure. 

En 2008-2009, l’Irlande m’a apporté… mon indépendance et ma débrouillardise!

Un an après Londres, ma décision est prise : je dois pratiquer mon anglais en immersion totale pendant une longue période si je veux espérer valider un jour ma Licence d’anglais. Je sors de ma zone de confort, direction Dublin pendant une année scolaire, en mode fille au pair. Quand j’y repense maintenant, presque dix ans plus tard, je me dis que cette première expatriation fut vraiment déterminante pour moi : j’ai pris goût aux voyages et à la vie d’expat… et j’ai surtout appris à m’organiser à l’étranger, à me débrouiller pour faire telle ou telle excursion, à me débrouiller toute seule comme une grande dans un pays hors de la France, oui, j’ai été très débrouillarde et très indépendante pendant cette année-là!

Eté 2009, le Canada Ouest m’a apporté… ma confiance!

Je suis partie pour la première fois au Canada directement après mon année en Irlande. Le grand saut : première fois en dehors de l’Europe, et toute seule! Avec un filet de sécurité car je repartais en famille d’accueil. Cet été canadien m’a vraiment donné beaucoup de confiance en moi et en la personne que je suis lorsque je suis à l’étranger.

Eté 2010, la Chine m’a apporté… ma folie!

La Chine, ce fut un peu le voyage What The Fuck. A ne pas parler la langue, à chopper la turista, à être complètement dépaysée en Asie pour la première fois, en sac à dos pour la première fois aussi, dans un pays où l’hygiène laisse vraiment à désirer… Et pourtant, j’ai adoré. Une espèce de folie passagère m’a accompagnée pendant ce voyage et me l’a fait apprécier malgré tous les défauts que je viens de citer. Comme quoi!

Eté 2011, la Pologne m’a apporté… un premier goût pour le FLE!

Ma première réelle expérience dans l’enseignement du FLE, c’était en Pologne, dans le cadre de mon Master, avec ce stage de six semaines dans une Association. J’avais adoré cette expérience professionnelle et ça m’avait conforté dans l’idée de finir mon Master et de devenir Prof de FLE. Et en bonus, au même titre que Londres, je n’avais pas forcément d’attente concernant Cracovie… et finalement j’avais adoré!

En 2012, le Canada Est m’a apporté… mon choix de carrière!

Mon choix de carrière s’est confirmé lors de mon deuxième stage de Master, six mois comme Prof de FLE dans une Alliance Française du Canada. Cerise sur le gateau : en tant que stagiaire, j’étais prête à me former le plus possible, et j’étais donc prête à accepter toutes les tâches et missions que l’on me proposait. J’ai appris un tas de trucs et j’ai aussi beaucoup apprécié cette absence de routine, à passer d’un cours de FLE à quelques heures de travail administratif sur le web, par exemple… Un rythme de travail que j’apprécie toujours en étant aujourd’hui à mon compte!

En août 2013, le Kosovo m’a apporté… l’ouverture d’esprit!

Je ne vous ai pas encore parlé ici de mon expérience au Kosovo, huit jours dans ce pays méconnu où je me suis rendue pour assister à un mariage. Le Kosovo, c’est en Europe, vraiment pas loin de la France ou d’autres pays touristiques que beaucoup de voyageurs apprécient. Et pourtant, on ne s’y sent pas comme en étant en Europe : le pays est pauvre, toujours dévasté par les dégats de la guerre en ex-Yougoslavie, toujours en reconstruction… Les gens n’ont pas beaucoup de biens matériels. Mais ils possèdent quelque chose d’important que beaucoup de personnes n’ont pas : ils ont le coeur sur la main. Nous avons été accueilli à bras ouverts, nous français aisés, et les kosovards nous ont raconté des anecdotes sur leur vie pendant la guerre, sur leur reconstruction difficile aujourd’hui… Difficile de croire que tout cela s’est passé à juste quelques frontières de la France. Une vraie leçon de vie qui me permet aujourd’hui de voir le monde sous un autre angle et d’autres perspectives.

En 2012-2013, l’Angleterre m’a apporté… l’art de l’organisation… et de faire des économies!

Lorsque je suis partie travailler en Angleterre comme assistante de français, j’avais deux objectifs : profiter de cette année comme il se doit en visitant le Royaume Uni et peut-être même d’autres pays européens, mais aussi mettre suffisamment d’argent de coté pour accomplir un rêve pour l’année suivante : partir en PVT en Australie. Les assistants de langues sont en général assez bien payés pour le nombre d’heures de travail effectué, mais ils ne roulent pas non plus sur l’or. Mes objectifs pour cette année là peuvent donc sembler trop ambitieux. Et pourtant, j’ai réussi! Avec une bonne organisation qui m’aura permis de mettre suffisamment d’argent de coté pour profiter de mon année en Angleterre, visiter d’autres pays européens ET partir en Australie!

A relire : comment je finance mes voyages et mes expatriations.

En avril 2013, le Portugal m’a apporté… l’appétit!

Ca vous surprend? Vous pensiez que pour assouvir son appétit il valait mieux aller en Italie ou en Thailande? Et bien personnellement, je me suis explosée le bide au Portugal. J’y ai adoré la nourriture! Mais pas que! C’est un pays qui m’a plu dès que je suis sortie de l’aéroport, et j’ai savouré chaque minute des huit jours que j’y ai passé. Et huit jours, ce n’était clairement pas assez! Je savais que je ne pouvais y rester que une semaine, j’ai donc apprécié et apprécié chaque instant, chaque minute, chaque détail… et chaque spécialités culinaires!

A relire : mes 10 spécialités culinaires préférées dans le monde.

En 2013, la Nouvelle Zélande m’a apporté… ma sérénité!

S’il y a bien un pays qui m’a marqué, c’est la Nouvelle Zélande. Cette liberté, ces paysages, ces sensations, ces nouvelles méthodes de voyages… Waouh, rien que d’y repenser, la nostalgie me frappe de plein fouet. Je pense que c’est d’ailleurs l’un des voyages qui me rend le plus nostalgique! Mais je chéris vraiment chaque souvenir de ce voyage avec sérénité, en me disant que si je dois y retourner, j’y retournerai.

Plusieurs fois, les Etats-Unis m’ont apporté… la réalisation de mes rêves de gamine!

On a tous grandi en regardant des films ou des séries américaines. Perso, j’en ai toujours été une très grande fan! J’ai passé toute ma vie à regarder ce genre de programme télévisé en me disant : un jour, j’irai là bas, un jour je serai là bas, un jour je ferai ça. J’ai pensé ça pour la majorité des pays où je me suis rendue, mais souvent je n’avais pas forcément de grandes attentes ou je ne savais pas vraiment à quoi les paysages allaient ressembler. Mais les Etats-Unis, c’est différent, car on a vu tellement de paysages américains pendant toute notre vie à la télévision que lorsqu’on y va pour de bon, on reconnait déjà tout, comme si on y avait déjà été dans une autre vie. C’est là qu’on réalise vraiment que nos rêves de voyages, surtout ceux de gamine, deviennent réalité : quand on a admiré quelque chose pendant si longtemps sur un écran et que finalement on peut dire : J’y suis!

De 2013 à aujourd’hui , l’Australie m’a apporté… un peu tout ça à la fois!

L’Australie, c’est le pays de tous les accomplissements. Le pays où j’ai vécu le plus longtemps en dehors de la France, le pays où je me suis finalement posée (même si ce n’est pas permanent! Je vous en reparle bientôt), le pays où j’ai arrêté d’être en mode solo, le pays où je me suis mise à mon compte et où j’utilise toutes les compétences apprises en Pologne au Canada ou encore en Angleterre. Le pays où j’ai découvert des paysages comme je n’en avais jamais vu ailleurs et qui m’apportent la même sérénité que les paysages de Nouvelle Zélande. Le pays où j’ai recontré des gens formidables, et apprécié de plus en plus la vie à la campagne en mode Dolce Vita…

Et j’apprécie d’autant plus ma Dolce Vita dans la campagne australienne car je sais aussi que même si j’y suis aujourd’hui posée et que ce sera désormais toujours un point de chute pour moi… ce n’est pas une expatriation permanente non plus! Je vous en reparle bientôt, mais pour la deuxième partie de 2017, et peut-être même 2018, l’Australie sera entre parenthèse pour moi!

Et vous? Qu’est-ce que vos voyages vous ont apporté?

12 thoughts on “Ce que mes voyages et expatriations m’ont appris.”

  1. Les voyages c’est quelque chose de fabuleux ! Je ne me suis jamais vraiment demandée qu’est ce qu’ils m’apportaient et pourtant après avoir lu cet article je me rend compte de pleins de choses et c’est vraiment très chouette !

    1. Oh <3 Merci beaucoup pour ce commentaire! je dois dire que j'ai mis pas mal de temps à trouver les mots juste pour ce que chaque pays m'a apporté, on n'y pense pas forcément, il faut vraiment prendre du recul! 😉

  2. Oua tellement de voyages ! Ca me fait rêver ! Mais en tout cas c’est un bon compte rendu et ça doit rendre fière d’avoir pu évoluer à ce point !
    Moi j’ai que la Chine à mon palmarès mais une chose est sûre c’est qu’elle m’a apporté beaucoup d’ouverture d’esprit et une meilleure compréhension des autres. Forcément avec un tel décalage de culture !

    1. Grave !!!! je pense que la Chine est le pays où j’ai été le plus dépaysée! Chapeau si tu y vis de façon permanente! Personnellement j’ai adoré y aller pour des vacances, mais je suis super admirative des gens qui arrivent à y vivre!

  3. Coucou. Super article.
    Mon rêve à toujours été de voyager. Et je vais bientôt passer le cap. Et ton article m’a vraiment donnée envie. Beaucoup de personnes disent qu’un voyage leur apporte beaucoup et les changent et j’espère rencontrer ça.

    Bisous, J.
    womanlegacy.com

  4. pr moi pas d expatriation
    il n y en n aura jamais mais chaque voyage à l étranger m apprend tjrs un peu
    au Brésil et aux Usa c était l accomplissement de vieux rêves
    la Californie après l avoir vu pdt pratiquement 40 ans j y étais dans les rues de Los Angeles ou San Francisco
    oui moi Tania
    et le Brésil un rêve de 20 ans tant re^vé
    pas de déception pr ces 2 pays
    l éclate totale
    encore aujourd’ ui je me pince pr me dir eoui j y étais même si pr ce courtes durées 2 semaines
    je suis tombée amoureuse d ela Sicile en 2016
    ce fut 1 surprise totale

    1. J’ai eu la même sensation que toi concernant la Californie, et les Etats-Unis en général : après avoir passé sa vie à voir tout ça à la télé, ça fait très bizarre d’y aller en vrai, mais c’est incroyable! Le Brésil et la Sicile, je ne connais pas du tout, mais tu éveilles ma curiosité 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *