Dans ma vie de couple sans enfant, le confinement n’avait pas vraiment trop changé mon quotidien. J’étais passée de 50% à 100% de travail en ligne à domicile et arrêté de passer tout mon temps libre de ma semaine en transit quelque part entre deux leçons au volant de ma voiture. Et mon chéri avait continué d’aller au travail comme d’habitude (et oui, les oenologues faisaient parti des travailleurs essentiels pendant le confinement). Donc, notre quotidien en semaine n’avait pas tellement changé, mes journées étaient clairement plus tranquilles pour moi car je restais à la maison, mais je continuais à travailler, j’avais une routine, le réveil qui sonnait à 7 heures tous les matins de semaine… Pour tout savoir sur ma routine pendant le confinement, c’est ici.

La grosse différence dans notre quotidien s’est ressentie pendant notre temps libre, particulièrement les weekends. Car ce que le Covid nous a personnellement vraiment pris, c’est notre liberté de mouvement. (je dis personnellement car, je touche du bois, personne dans mon entourage n’a été gravement touché par le Covid, je tiens quand même à le préciser ^^)

Adios les vacances entre potes sur la Côte Est des Etats Unis en Avril. Adios les vacances avec ma famille et ma belle famille en Bretagne et en Ecosse en Mai. Adios Noel prochain en Australie Occidentale (les frontières australiennes sont officiellement fermées jusqu’en Janvier 2021 au moins).

Mais en contrepartie, ce que le Covid m’a rendu, c’est mon envie de voyager.

En Août 2019, je suis allée en Crète mais j’étais tellement fatiguée que j’étais restée dans un seul coin de l’île (je vous en avais parlé dans cet article). En Décembre 2019, je suis allée en Australie dans la région de Sydney mais la raison principale de ce voyage c’était un mariage (en plein pendant les incendies). En Janvier 2020, nous avons visité quelques villages d’Occitanie, Saint Guilhem le Désert et Olargues par exemple. En Février, nous avons passé un weekend en mode ski dans les Pyrénées. Et c’est tout… et si vous me connaissez bien, vous savez alors que ça ne me ressemble pas et que normalement je bouge beaucoup plus!

A titre de comparaison, entre Décembre 2018 et Août 2019, je n’avais passé presque aucun weekend chez moi, j’étais littéralement toujours en vadrouille, même si ce n’était pas trop loin de chez moi. Mes weekends étaient toujours tous remplis de multiples excursions et voyages.

Mais de l’été 2019 jusqu’au confinement en Mars 2020, je ne sais pas ce qui s’est passé, je n’avais plus tellement envie de me creuser la tête à organiser des excursions. J’étais impatiente d’aller aux Etats Unis (voyage organisé presque intégralement par mon homme), impatiente aussi pour la Bretagne et l’Ecosse même si ce n’était qu’un projet et que rien n’était réservé.

Mais mon impatience n’avait rien à voir avec l’immense sentiment d’excitation à l’idée de découvrir tel ou tel lieu que je pouvais ressentir il y a quelques années de ça. En toute honnêteté, j’étais probablement juste à fond dans ma vie française et mon boulot et j’avais je pense juste besoin de faire une pause dans mes voyages presque non stop, éloignés ou proches.

Puis en Mars 2020, notre liberté de mouvement a été tout simplement confisquée. Et c’est fou ce que cela a pu faire à mon cerveau (et à celui de beaucoup d’autres personnes dont les voyages font parti de leur quotidien). Je suis passée de lasse et fatiguée à vraiment mais vraiment trop impatiente de repartir quelque part !!!

J’étais même en colère contre moi-même pour ne pas avoir voyagé plus, que ce soit en 2020 ou même avant! Alors que pourtant, depuis 2007, j’ai toujours essayé de partir quelque part au moins une fois par an, et je me suis rendue dans une bonne douzaine de pays rien qu’entre 2012 et 2013. Je me suis mise à regarder tout un tas de chaînes Youtube de backpackkers (comme ici, en fin d’article), vanlifers (et là) : toute une collection de vidéos de voyageurs ayant voyagé absolument non stop pendant des années et des années, beaucoup plus que moi, et je n’ai pas pu m’empêcher de penser : pourquoi je n’ai pas fait ça moi aussi quand je le pouvais?

J’ai partagé mes pensées sur le fait que je ne pense qu’à voyager depuis le confinement avec plusieurs personnes… et la même conclusion revient souvent : beaucoup de personnes veulent se rendre quelque part justement parce qu’en ce moment ils ne peuvent pas y aller. L’Australie ne manque normalement pas tellement à mon homme mais maintenant que les frontières australiennes sont fermées pour toute l’année 2020, il ne pense qu’à une chose : y retourner. Un de mes étudiants ici à Narbonne vient d’Afrique du Sud et il en était parti sans se retourner… et maintenant il aimerait vraiment pouvoir y aller. La même chose pour moi de façon plus globale : j’étais fatiguée de voyager jusqu’à ce qu’on me dise que je ne pouvais plus partir, et depuis je ne pense qu’à ça.

Le contenu de mon blog (la partie Voyages) s’en ressent. Je pourrais encore écrire quelques articles sur l’Australie et la France par exemple. Mais je n’ai plus de nouvelles destinations à vous présenter (mais j’envisage enfin de suivre une formation dans le SEO manière de redonner peau neuve à mes tout premiers articles).

Je n’ai pas gratté de nouvelles destinations sur ma scratch map (dont je vous ai parlé ici), et je n’ai pas été dans un avion depuis Décembre… et ça me manque…

Sinon, je vous vois venir : “Marion, pourquoi tu ne voyages pas maintenant que le confinement est fini?” Effectivement, c’est tentant. Mais mon chéri a récemment changé de travail, et qui dit nouveau taf dit zéro vacances! Nous voyons cela comme une bonne excuse pour ne pas voyager (et voyager en ce moment c’est quand même prendre le risque de propager le virus encore bien actif, ça, beaucoup de personnes ont tendance à l’oublier). Pour le moment, nous cumulons nos congés, et nous repartirons sur les routes quand la situation sera plus sûre, même si nous n’avons aucune idée de quand ça sera…

Et vous? Avez vous encore plus des fourmis dans les jambes depuis le début de la pandémie? Qu’est ce que le confinement a changé dans votre quotidien?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *